vendredi 30 octobre 2009

Il y a une conscience sans fond




L'état de simple existence doit être connu,

Existence éternellement établie en Śiva.

L'existence de Śiva est l'existence du monde.

L'existence du monde est l'existence de Śiva. 359


Je suis toujours impersonnel.

Je suis toujours indivis par essence.

Je suis toujours Manifestation ininterrompue.

Mon essence est un corps de félicité. 360


En Śiva, en soi-même - "je" pur -

Il n'y a pas même un cheveux de dualité.

La séparation créée par le corps n'y existe pas.

En réalité, il n'y a pas de corps. 361


De même que dans un rêve

On voit de nombreux corps tout en restant en un seul,

De même que plusieurs fils ont un seul père,

Ainsi voit celui qui est présent comme Śiva. 362


Par la parole, je salue celui qui est au-delà de la parole,

Le Seigneur impérissable.

Voyant cet (être) indéfinissable à travers toutes les formes,

Je deviens identique à lui. 363


Le Seigneur est un et fait de tout.

Puisque tout surgit seulement de toi, je suis toi.

Tu te dis "je", je dis "je".

Tu t'incarnes, je m'incarne. 364


Il y a une conscience sans fond,

Lumineuse par elle-même, incolore,

Qui se manifeste elle-même d'elle-même.

Différenciée par les significations de la parole, elle paraît multiple. 365


Râmeshvar Jhâ, La Liberté de conscience (Samvitsvâtantrya) Bénares 2003.

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...